Les brèves publiées par le mouvement rebondissant sur l’actualité

Réflexions. Vous trouverez ici les réflexions que nous voulons partager avec vous. Nous les avons souhaitées exigeantes, afin qu'elles puissent nourrir un débat public de qualité. Résolument tournées vers l'avenir, elles se présentent comme préalables à des actions concrètes, au plus près des territoires, sur les thèmes qui nous sont chers : transmission. Mouvement Servir - Service national universel Service national universel : l’action de l’Etat a besoin de temps long, non de disruption permanente

Service national universel : l’action de l’Etat a besoin de temps long, non de disruption permanente

Ce matin, le gouvernement a annoncé le lancement en 2019 du Service national universel (SNU). Beaucoup de scénarios avaient été envisagés – d’un service national obligatoire encadré par les armées au « parcours citoyen » d’une semaine par an pour les collégiens. Aujourd’hui, le gouvernement décide qu’il annoncera quelque chose après une future consultation… La seule certitude apparente, c’est que le service national durera un mois, « autour de 16 ans ».

 

L’objectif affiché est louable mais le dispositif envisagé ne peut que manquer sa cible

L’objectif affiché du SNU – redonner le sens du service aux plus jeunes – est louable. Mais le dispositif qui semble envisagé ne peut que manquer sa cible.

Un service ne doit pas être poursuivi pour lui-même. Il n’est pas une coquille vide : servir, c’est servir quelque chose. C’est dans son efficacité concrète que le service prend du sens – à défaut, il n’est que contrainte artificielle imposée d’en haut. Le service ne crée de cohésion que si l’objet qu’il se donne prend une réelle signification aux yeux de ceux qu’il engage. C’est ce qui fait la réussite du Service civique, qui mobilise depuis sa création un nombre sans cesse croissant de jeunes. Les bienfaits qui sont attendus d’un SNU – faire l’expérience de la mixité sociale et de la cohésion républicaine – ne peuvent découler que de cette utilité concrète qui pourra lui donner sens.

Faute de cela, on ne fondera rien en quinze jours d’internat et quinze jours de « projets collectifs », agrémentés d’enseignements sur la morale civique. Aucun dispositif, même le plus coûteux, ne fera en quelques semaines ce que l’école n’a pas réussi en quinze ans. Ce dispositif apparaît pour ce qu’il est : une promesse de campagne médiatiquement payante, mais que notre pays paiera cher sans en tirer une véritable amélioration. L’ironie est que les 3 milliards d’euros envisagés, grevant le budget d’un Etat surendetté, seront à la charge de cette génération à laquelle on prétend enseigner le civisme tout en continuant de financer sur son dos des mises en scène politiciennes.

La France a choisi l’armée de métier – on peut le regretter aujourd’hui, mais sauf à vouloir revenir à la conscription, il faut assumer ce choix dans la durée. Aujourd’hui, nos forces, déjà fragilisées par des années de réductions budgétaires, portent avec courage et professionnalisme le poids de leurs nombreux engagements pour la défense de la France : un dispositif éducatif ne saurait leur être imposé. Dès lors, il est inutile de créer un faux semblant de service militaire, qui ne serait ni militaire, ni service, pour résoudre la crise causée par les fragmentations de notre société. L’action de l’Etat a besoin de temps long, non de disruption permanente.

 

Notre sentiment d’appartenance à une même nation, c’est d’abord par l’école qu’il faut la reconstruire

Notre sentiment d’appartenance à une même nation, c’est d’abord par l’école qu’il faut la reconstruire. L’éducation est la seule réponse, par la transmission d’une culture commune qu’elle seule peut offrir. Mais pour recréer ce sens de l’appartenance, encore faut-il que nos gouvernants se donnent d’autres objectifs que l’émancipation de l’individu, et qu’ils participent à la reconstruction des liens qui nous relient les uns aux autres. Pour cela, il faut continuer sereinement de développer des dispositifs qui, loin de l’usine à gaz qui se dessine aujourd’hui, font déjà leurs preuves sur le terrain : service civique, service militaire adapté, établissements pour l’insertion dans l’emploi (EPIDe)…

Le Président est un remarquable communicant ; mais il s’agit ici d’enjeux qui n’autorisent pas les artifices de communication. Réparer le sens civique et préparer les générations qui viennent à jouer leur rôle dans la nation, voilà des objectifs trop sérieux pour qu’on les traite par de tels artifices.

 

Paul-François Schira

Thibault Hennion

François-Xavier Bellamy

Cette crise qui vient

Plusieurs indices macroéconomiques et microéconomiques laissent supposer qu’une crise financière de grande ampleur pourrait se manifester dans les toutes prochaines années voire les tout prochains mois. On observe en effet depuis plusieurs mois une concomitance de signaux qui indiquent que le système financier se dérègle, et qu’un retour à l’équilibre ne pourra intervenir qu’à travers une réinitialisation qui provoquera des secousses importantes sur un ou plusieurs secteurs de l’économie, sur la liquidité, sur le secteur bancaire et sur les marchés d’actions et d’obligation en général.

Ces indices sont les suivants :

La dette mondiale atteint des niveaux historiques. Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), entre 2006 et 2016, la dette cumulée des Etats, des entreprises et des ménages est passée  de 235 % du PIB à près de 275 %. Une telle évolution est inédite. Selon le FMI, « historiquement, la probabilité de voir une crise bancaire majeure émerger dans les trois années qui suivent lorsque le ratio de dette des ménages des pays riches atteint 65 % s’accroît nettement ». Il est actuellement de 63%, en hausse de 11 points depuis 2008. (1)

Les taux d’intérêts négatifs persistent, les investisseurs ne sont donc pas récompensés pour leur prise de risque. Ces taux d’intérêt négatifs sont encouragés par les politiques monétaires très  accommodantes des banques centrales, qui déversent plusieurs dizaines de milliards par mois sur les marchés financiers, particulièrement en Europe et aux Etats-Unis. (2)

Les marchés actions atteignent des sommets, tirant profit de la liquidité très importante à disposition, et des meilleures perspectives de la croissance mondiale, qui reste néanmoins à des niveaux modestes (3,9% pour 2018 et 2019 selon le FMI, 3,1% pour la banque mondiale en 2018). Les bourses mondiales retrouvent voire dépassent leur plus haut niveau historique.

Des critiques de plus en plus vives voient le jour sur la manière de déterminer la productivité dans nos économies, dont les méthodes de calculs ne semblent plus adaptées à l’ère numérique. Ces incertitudes accroissent le doute sur l’évaluation de la croissance potentielle des Etats, et donc sur les politiques publiques à mettre en œuvre pour atteindre le plein emploi et maîtriser l’inflation
(objectifs premiers des politiques monétaires). (3)

Les témoignages se multiplient en ce qui concerne la facilité de lever des fonds auprès d’investisseurs, notamment pour les technologies innovantes de NBIC ou de projets liés à la data.  Néanmoins, d’un point de vue global, le volume du financement des entreprises innovantes diminue, comme si l’offre de nouveaux investissements ne permettait pas de répondre totalement à la demande d’investissement. (4)

Enfin, les valeurs que l’on considérait habituellement comme des valeurs refuges poursuivent une évolution erratique. L’or s’approche de son plus haut historique depuis quatre ans, mais reste encore loin du niveau qui était le sien en mai 2013. Les prix de l’immobilier sont en augmentation notable en France en zone urbaine, mais il demeure difficile de savoir si cela provient d’une véritable hausse sous-jacente, ou si elle est avant tout pilotée par la faiblesse des taux d’intérêt, d’autant que le prix des logements en province reste modéré. Les montants d’échange sur le marché de l’art augmentent par rapport à 2016, mais restent bien inférieurs aux montants des années 2014 et 2015. Ils sont par ailleurs tirés par la valorisation très importante de quelques œuvres phases, ce qui laisse supposer que les volumes pourraient être en diminution. Enfin, le bitcoin atteint des sommets, mais sa volatilité semble plus corrélée aux interrogations sur la manière de le réguler que par la constitution d’une valeur refuge.

On observe donc une divergence de plusieurs indicateurs macroéconomiques, qui s’ajoute au niveau de risque élevé supporté par économies occidentales, caractérisé par le niveau de l’endettement. Dans ce contexte, la confiance des marchés dans l’économie, valeur capitale dans le déclenchement d’un krach boursier (5), pourrait donc être mise à mal par un simple soubresaut, comme en témoigne le mini-krach du 5 février 2018.

A la recherche de la prochaine incompréhension collective

Comme le remarque Jaime Caruana, Directeur général de la BRI, « Chaque crise a été permise par une incompréhension collective qui a créé un angle mort sur le risque. ». On relèvera ainsi que les crises précédentes ont été précipitées par l’édification de mythes collectifs : l’impossible faillite des états, l’irrésistible ascension des prix de l’immobilier résidentiel américain, la croyance dans les ratings attribués par les agences de notations. (6)

Il est extrêmement difficile et périlleux d’anticiper les raisons d’une crise financière. Comme le souligne l’adage, « un économiste est un expert qui saura parfaitement vous expliquer demain pourquoi ce qu’il a prévu hier ne s’est pas passé aujourd’hui ». Certains constats peuvent cependant être formulés pour tenter de déceler les prémisses d’une nouvelle incompréhension collective.

Plusieurs entreprises dans différents secteurs économiques peuvent paraître surévaluées, c’est le cas des entreprises technologiques en général, mais leur évolution peut néanmoins être expliquée : le développement des technologies haut-débit, la démocratisation des smartphones et l’essor de l’internet des objets ouvrent des perspectives nouvelles qui se retrouvent dans les espérances que suscitent ces entreprises. Plus fondamentalement, l’économie numérique encourage la création de plateformes hégémoniques, spécialisées dans un domaine bien particulier, qui deviennent de véritables places de marché, attirant toute l’offre et toute la demande vers elles : Uber pour le transport particulier urbain, AirB&B pour la location entre particulier, WeWork pour l’immobilier de bureau, Amazon pour le e-commerce, etc…(7) Une course aux investissements s’engage pour devenir le plus vite possible incontournable, dans l’espoir de jouir ensuite d’un monopole de fait qui assure des profits conséquents à long terme (voir l’exemple de la livraison de repas à domicile (8)). La valorisation très importante de ces entreprises repose donc sur ces perspectives de profit.

Une autre caractéristique est citée à l’envi pour démontrer la force des plateformes et des géants de la technologie : la capacité à recueillir et traiter un nombre important de données. C’est le cas des cinq GAFAM(9), et de tous les réseaux sociaux en général qui disposent d’une connaissance extrêmement fine de leurs consommateurs et sont capables d’établir des profils d’une grande précision, véritable mine d’or pour la publicité ou le ciblage des consommateurs. Ce paradigme pourrait être remis en cause par la double pression des consommateurs d’une part, qui seraient de plus en plus attentifs aux données qu’ils fourniraient gratuitement, et du régulateur d’autre part, qui devient également plus exigeant et se saisit progressivement du sujet en raison des demandes répétées des citoyens (données personnelles, réglementation sur la qualité de l’information, responsabilisation des publieurs/éditeurs de contenus). Cette instabilité est renforcée par le fait que la publicité digitale demeure une pratique jeune, dont l’évaluation précise de l’efficacité s’avère encore difficile. Les annonceurs se montrent enfin plus exigeants, voire perplexes, face aux montants extrêmement importants qu’ils dépensent. (10)

GAFAM

Google, Amazon, Apple et Microsoft disposent d’une grande diversification de leurs sources de revenu et d’une présence à plusieurs étapes de la chaîne de valeur qui leur permettront aisément de tirer profit des évolutions des habitudes du consommateur et de la réglementation. Cela ne semble pas être le cas de Facebook, et les difficultés croissantes que le réseau social connaît pourraient annoncer les prémices d’une remise en cause plus fondamentale. L’amorce de ce changement de paradigme pourrait être de nature à bousculer les entreprises technologiques en général et à se propager à la sphère financière. En tout état de cause, la fébrilité des marchés financiers, illustrée par le « mini-krach » du 5 février, est telle que la moindre secousse, même bénigne, pourrait plonger les bourses mondiales dans une nouvelle crise.

 

(1) https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301008948894-alerte-maximale-sur-la-dette-mondiale-2138875.php
(2) https://www.lesechos.fr/26/10/2017/lesechos.fr/030790965772_la-bce-commence-a-reduire-son-soutien-a-l-economie.htm
(3) https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-178296-4e-revolution-industrielle-un-nouvel-age-dor-2146680.php
(4) https://www.lecho.be/entreprises/technologie/La-Silicon-Valley-s-inquiete-pour-le-financement-de-ses-start-ups/9966576
(5) Voir notamment l’analyse des « saillances à la Schelling » par André Orléans dans Le pouvoir de la finance.
(6) Voir l’article des Echos qui résume cette caractéristique des crises https://www.lesechos.fr/16/06/2017/LesEchos/22467-044-ECH_la-prochaine-crise-financiere--inevitable-et-imprevisible.htm
(7) https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301072541335-le-monde-est-devenu-une-machine-a-fabriquer-des-bulles-2141630.php
(8) http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/05/26/la-livraison-de-repas-suscite-l-appetit-des-investisseurs_5134106_3234.html
(9) Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft
(10) https://business.lesechos.fr/directions-numeriques/030581353683-publicite-digitale-les-annonceurs-s-interrogent-313381.php

L’urgence du long terme

Pour les terroristes de l’Etat islamique, tout est permis – jusqu’à égorger un prêtre – précisément parce que Dieu existe. Que peut-on opposer, en dehors des minutes de silence et des appels à l’union nationale, à ce nihilisme d’un nouveau genre ?

Peut-être cette réponse vous surprendra-t-elle : ces hommes ne croient pas en Dieu. S’ils croyaient à la vérité de leur religion, ils tenteraient de nous en convaincre, et cela passe par le dialogue, par la raison ; s’ils avaient vraiment la foi, ils nous donneraient leurs raisons. Vous ne pouvez convertir personne par la violence. La violence a beaucoup de pouvoir, c’est vrai : avec une arme, on peut obtenir beaucoup de celui que l’on tient sous la menace. On peut exiger de lui qu’il donne ce qu’il possède, qu’il agisse de telle ou telle façon, ou qu’il répète ce que l’on voudra… Mais on ne peut l’obliger à croire en quelque chose. Pour une raison d’ailleurs assez simple : personne ne peut s’obliger lui-même à croire en quelque chose sans raison valable. Le philosophe Epictète s’étonnait déjà de cette indéfectible résistance de la pensée… Le terroriste peut donc braquer ses armes sur un homme, ou sur tout un peuple, en lui ordonnant de croire à l’Islam : sa défaite est assurée d’avance. Même devant la terreur, notre conscience d’hommes fait nos esprits libres, définitivement libres. La seule manière de conduire une personne à adhérer pleinement à un discours, ce n’est pas de vaincre, c’est de convaincre. Quand on est certain d’avoir une vérité à partager avec les autres, c’est à la parole qu’on recourt, et non à la violence… En fait, les djihadistes trahissent leur faiblesse quand ils recourent à la violence. Ils montrent qu’ils n’ont pas une seule raison de croire en leur Dieu ; car s’ils en avaient ne serait-ce qu’une seule, ils tenteraient de nous l’expliquer pour nous permettre de les rejoindre. Comme ils n’en ont pas, ils se contentent médiocrement de réduire le reste du monde au silence. C’est en ce sens qu’on peut décrire le djihadisme comme un nihilisme : celui qui croit veut partager sa foi aux autres ; à celui seul qui ne croit en rien, l’altérité est insupportable, parce qu’elle ne peut être dépassée.

Voilà le défi silencieux que nous lançons au cœur même de cette épreuve : si vraiment votre Dieu est grand, montrez-le ; et si le christianisme est faux, prouvez-le ! Si quelqu’un ne pense pas comme vous, êtes-vous si certains de ne pouvoir le convaincre dans la discussion qu’il vous faut mettre tout votre orgueil à devenir des assassins pour le faire taire ?  En vous faisant gloire d’avoir assassiné un vieux prêtre sans armes, vous montrez en réalité l’étendue de votre impuissance… Lui croyait tellement à la vérité d’une parole qu’il avait consacré sa vie à la partager. Aujourd’hui, vous démontrez malgré vous la différence entre la force de sa fidélité discrète et féconde, et l’ineptie de votre violence bruyante, qui ne saura jamais que détruire.

Peut-on aborder la question du djihadisme sous un angle civilisationnel et religieux quand dans notre pays vivent environ cinq millions de musulmans, qui partagent pour l’essentiel les valeurs dites « occidentales »?

La question nous est renvoyée à tous : que sont les « valeurs occidentales » ? Et sommes-nous si sûrs de les partager vraiment ? Souvenons-nous que la France a été en première ligne pour refuser que l’Europe reconnaisse ses racines chrétiennes… Les valeurs que nous reprochons aux terroristes d’attaquer, n’avons-nous pas été les premiers à les vider de leur substance, même en sauvant les apparences ? Aujourd’hui, le dénominateur commun du monde occidental semble bien souvent se réduire à une forme d’individualisme consumériste, et son seul horizon se mesure en points de croissance et en indice du moral des ménages… Si le djihadisme est un nihilisme, il n’est pas étonnant qu’il prospère singulièrement dans le vide d’idéal qui traverse notre société. L’auteur de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray avait tenté de partir en Syrie ; la France est le pays européen qui a, hélas, fourni le plus grand nombre de ces candidats au djihad. Le problème n’est peut-être pas directement religieux ; bien sûr, l’Islam a une grande responsabilité dans ce qui advient en ce moment : comme l’écrivait Abdennour Bidar, le monde musulman doit « reconnaître que les racines du mal qui lui vole aujourd’hui son visage sont en lui-même. » Mais de toute évidence, ce mal s’alimente aussi dans notre pays de la pauvreté intellectuelle et spirituelle à laquelle nous nous sommes habitués, et il nous renvoie donc en même temps à notre responsabilité collective.

Le politique peut-il encore quelque chose ?

Peut-être manque-t-il d’un diagnostic qui touche l’essentiel… Avons-nous vraiment travaillé sur le cœur du problème, sur ce qui motive cette folie criminelle ? Dans l’histoire, le terrorisme a pu passer par l’engagement politique, ou intellectuel. Ce n’est pas le cas aujourd’hui : c’est par la petite délinquance, par des itinéraires médiocres, sur fond d’effondrement de la rationalité, que des jeunes, perdus dans une société française sans repères et sans aspirations, finissent par devenir des assassins. Chez eux, la rencontre avec un Islam caricatural a servi de catalyseur pour transformer le vide passif qui marque notre collectivité, en une sorte de vide actif, individualisé. Du néant devenu puissance d’anéantissement : voilà ce qui définit le terrorisme contemporain. Avons-nous assez essayé de comprendre cela, de l’anticiper ? Tant que nous n’aurons pas compris l’ampleur du problème, aucune mesure sécuritaire ne nous garantira contre cette folie destructrice. Et les politiques sembleront de plus en plus impuissants, enfermés dans des polémiques stériles sur des circonstances de court terme… Bien sûr il faut tout faire pour éviter autant que possible de futurs attentats, et de futures victimes. Mais sur le fond, la seule urgence est maintenant le long terme. Et puisque ceux qui nous frappent, pour beaucoup d’entre eux, ont grandi en France, cette urgence est assez simple : il faut reconstruire l’école, non pas tant pour combattre le discours islamiste que pour empêcher qu’il trouve encore dans les esprits un tel vide à habiter.

L’un des buts avoués de l’EI est la dislocation de notre société, l’instauration un climat de guerre civile entraînant une division entre un « eux » et un « nous » intérieurs… Comment conjurer cette menace ?

Il n’y a qu’une seule façon de la conjurer, c’est de gagner cette guerre, ou à tout le moins d’expliquer aux Français comment nous pourrons la gagner. La politique est l’art d’ouvrir des perspectives ; quand elle ne propose plus de choix, quand elle ne présente plus de solutions crédibles – fussent-elles exigeantes, alors les individus reviennent inéluctablement à l’instinct primaire qui leur commande de se protéger eux-mêmes, et c’est alors, comme l’écrivait Hobbes, « la guerre de tous contre tous » qui resurgit…

Ne doit-on pas reconnaître notre impuissance devant un ennemi qui, lui, ne craint pas la mort ?

C’est une vraie mutation en effet : pour le terroriste d’aujourd’hui, la mort n’est plus un outil de négociation, ni le moyen d’obtenir une victoire ; la mort, c’est toute la victoire. Je me souviens du mot glaçant de Merah, qui venait de tuer sept innocents, au négociateur du RAID, qui tentait de le raisonner avant de lancer l’assaut contre lui : « Moi la mort, je l’aime comme vous vous aimez la vie. » Voilà la clé du terrorisme contemporain : la destruction est son but, revendiquée au nom d’une vengeance très approximative, et le suicide son mode d’action. C’est ce qui le rend singulièrement angoissant : même quand ils retiennent des otages, les djihadistes ne veulent rien obtenir, sinon le spectacle toujours nouveau de la violence. Du coup, quand cela s’arrêtera-t-il ? Ce n’est pas le signe de leur force, car en fait ils ne peuvent pas gagner ; mais nous, nous pouvons beaucoup perdre.

Entretien paru dans Le Point du 28 juillet 2016. Propos recueillis par Saïd Mahrane.

La France qu’on oublie

Le 26 février, François Bayrou déclarait au cours d’une émission : « Il y a une culture française, et j’en suis le défenseur. » Le 2 avril, devant les caméras, volte-face : « La culture française n’existe pas. » Il aura suffi d’un mois, et d’un ralliement, pour ce nouveau reniement : avec de tels « défenseurs », la France a de quoi s’inquiéter…

Sur le fond, un tel déni de réalité laisse incrédule. Comment M. Bayrou, agrégé de lettres, peut-il choisir d’ignorer à ce point ce qui fait la France ? Un tel propos peut bien se donner une façade savante, il est pourtant démenti par les faits, et par tous ceux qui hors de France ne peuvent même pas comprendre un tel débat. Car le monde entier sait qu’il y a une culture française ; il n’y a que nous pour le nier ! Notre pays est toujours la première destination touristique au monde, et ce n’est pas grâce à Orly et au RER B. Si 83 millions de visiteurs étrangers sont venus l’an passé en France, en dépit de nos infrastructures vieillissantes, de l’insécurité et de la menace terroriste, c’est parce que la France est pour eux d’abord un patrimoine, une architecture, des œuvres d’art, un art de vivre – bref, une culture, qui vaut qu’on traverse la planète pour venir s’émerveiller. Il n’y a que M. Macron pour dire sans plaisanter : « L’art français, je ne l’ai jamais vu. » Ingratitude des héritiers qui refusent leur propre héritage…

Ce cas d’aveuglement volontaire ne doit pas prêter à sourire : il est le symptôme d’un déni très profond, dont les conséquences sont graves, qui se font sentir depuis plusieurs décennies déjà. Rien de nouveau en effet dans cette dépression française ; et M. Macron ne fait que rajeunir la voix qui porte le même discours démoralisant, un discours tellement vieux au fond qu’il ne voit plus d’avenir pour la France que dans son euthanasie. N’être plus qu’un hub où l’on entre et sort de façon indifférente, jusqu’à ce multiculturalisme dont le discours de Marseille a constitué une sorte d’éloge halluciné, en ne définissant plus les Français que comme une juxtaposition de communautés définies par leurs origines extérieures… C’est au nom de ce projet que M. Macron devait dire et répéter qu’il n’y a pas de culture française. Non pas parce que c’est vrai, mais parce qu’il le faut, au nom de l’accueil de l’autre, de la diversité sans différences, de la mondialisation heureuse – bref, au nom du progrès. Rien de nouveau finalement cet espoir apolitique d’une disparition des nations : En Marche est l’aboutissement de la fascination postmoderne pour l’universelle mobilité d’un monde sans frontières, et c’est tout logiquement que M. Macron nous demande nos voix pour diriger un pays dont il dit qu’il n’existe pas.

Mais ce déni de soi, pavé de bonnes intentions, est fondé sur un contresens tragique. Pour s’ouvrir vers l’extérieur encore faut-il avoir une intériorité ; pour accueillir encore faut-il demeurer, et pour partager avec l’autre avoir quelque chose à offrir. On ne peut que mettre en danger l’unité d’une société quand on en retire ce qui peut fonder le commun. Or la culture est le seul bien qui puisse être infiniment partagé sans que personne n’en soit lésé : et c’est cet héritage commun qu’une parole politique irresponsable condamne depuis trop longtemps. Le déni dont M. Macron se fait aujourd’hui l’avocat est déjà responsable de la crise éducative profonde que nous traversons : des millions de jeunes grandissent dans notre pays, auxquels nous n’avons pas transmis la maîtrise d’une langue, d’une histoire, d’une pensée – d’une culture par laquelle leur vie pouvait s’enraciner, devenir féconde et s’élargir aux dimensions de la cité. Comment s’intégrer à un pays dont on dit qu’il n’a pas de culture et pas d’identité ? Comment se reconnaître dans une histoire dont on affirme qu’elle n’a rien produit, sinon des crimes contre l’humanité ?

La culture ne peut pas diviser, au contraire : ce n’est qu’en elle que nous pourrons puiser des raisons d’aimer la France, sans  chauvinisme sectaire, mais pour partager largement son aventure singulière. Pourquoi sinon être français, et pourquoi le devenir, si la France n’existe pas ? Car la France est une culture. L’un des plus grands écrivains à l’avoir épousée, Milan Kundera, l’expliquait ainsi : « L’ambiance spirituelle de toute ma jeunesse tchèque fut marquée par une francophilie passionnée. » Et si cette passion résiste encore, dans le monde entier, même aux erreurs et aux fautes de notre pays dans l’histoire, c’est parce que « l’amour de la France ne résidait jamais dans une admiration des hommes d’Etat français, jamais dans une identification à la politique française ; il résidait exclusivement dans la passion pour la culture de la France : pour sa pensée, sa littérature et son art. » Kundera avertissait déjà : une mondialisation qui nie les cultures ne pourra qu’aboutir à l’effacement de la France, « et l’indifférence à la France deviendra francophobie. » Il est malheureux que des responsables politiques français n’entendent pas aujourd’hui cet avertissement. Pour l’avenir de notre pays, et du monde auquel notre héritage peut encore apporter des sources singulières de vie et d’inventivité, la culture française n’a pas droit au suicide. Voilà éclairé, par la tentation du déni, l’enjeu de cette élection. Toute culture est fragile, nous le savons, et celle que nous avons reçue l’est plus que jamais aujourd’hui – comme l’écrivait Kundera : « Une raison de plus d’aimer la France ; sans euphorie ; d’un amour angoissé, têtu, nostalgique. »